La maire de La Cierva (Cuenca), Christiana Scharfenberga signalé à la Garde civile « un acte de harcèlement » lorsqu’il a trouvé à l’entrée de sa résidence habituelle et d’un terrain qu’il possédait près de vingt pattes de cerf que quelqu’un avait jetées.

En outre, le maire a également informé les autorités de la vandalisation d’une pancarte dans l’aire de jeux, cassée et arrachée, notamment celle qui interdisait l’entrée des chiens dans les locaux, selon Le PP de Cuenca a signalé dans un communiqué.

Le maire a retrouvé les restes de ces animaux dimanche 26 novembre dernier, dans l’après-midi. Christinana Scharfenberg a informé ses voisins de la découverte « désagréable » dans sa maison et sa ferme ainsi que de la destruction de l’enseigne. « A l’approche de Noël, cet acte hostile me fait très mal », déclare le maire.

Scharfenberg a regretté ces événements et considère qu’il est « inutile » qu’ils se produisent, surtout dans une commune aussi petite que La Cierva, « où nous nous connaissons tous et où il n’est pas difficile de parler et d’opposer des opinions et des points de vue ».

Le maire a voulu défendre le mot « comme le meilleur instrument de compréhension et de coexistence entre voisins », surtout quand dans la municipalité les rencontres entre les habitants de la ville sont fréquentes pour connaître et parler de leurs besoins et propositions.

À La Cierva, il y a actuellement 35 résidents enregistrés et un total de 25 sont ceux qui résident habituellement dans la municipalité.. Christiana Scharfenberg a réitéré son appel à « profiter et profiter des avantages de vivre dans une ville tranquille comme la nôtre. « Ce genre d’actes ont un impact sur notre tranquillité d’esprit et nous occasionnent également, comme la destruction de l’enseigne du parc, des dépenses financières totalement évitables. »

A lire également