Tard hier soir, le Ministre de l’Éducation et du Mérite Giuseppe Valditara a reçu les associations étudiantes. Une rencontre qui avait pour sujet diverses problématiques : de la réforme du personnel technique et professionnel et des ITS à celle de la conduite, de l’examen d’État à la plateforme unique.

À la fin de l’entretien, cependant, les étudiants étaient divisés : d’un côté, il y avait ceux qui jugeaient la rencontre avec le numéro un du MIM comme profitable, de l’autre, cependant, de nombreux étudiants se plaignaient d’un manque d’intérêt de la part du MIM concernant les demandes des étudiants.

Lire aussi :

La rencontre avec le ministre divise le corps étudiant

Ceux qui ont mal digéré la rencontre sont les étudiants de La Rete degli Studenti Medi, Union étudiante, Mouvement étudiant d’Action catholique et Mouvement étudiant catholique. Tous ensemble, ils sont d’accord pour affirmer que la réunion « il semblait dépourvu de perspectives ». Au cours de la réunion, le ministre a donné des réponses sommaires aux étudiants qui ont plutôt demandé du concret : « Le ministre a parlé de dialogue ; cependant, nous ne pouvons pas être appelés à prendre des décisions déjà prises ! La grande alliance scolaire, tant vantée par Valditara, risque de devenir une chimère. Le dialogue avec les étudiants ne peut pas être un simple rituel pour décrire et justifier des décisions prises sans prêter attention aux processus de participation et dans l’intérêt de la majorité gouvernementale. Nous, les étudiants, voulons être entendus sérieusement !

Et puis, sur l’actualité en vue pour le monde scolaire, les associations se sont exprimées ainsi : « Ànous avons prévenu le ministère. La réforme des conduites représente le premier pas vers une école répressive sans véritable finalité éducative. Les élèves sont de plus en plus criminalisés et ne reçoivent pas de formation inspirée par la discussion et le dialogue avec l’ensemble de la communauté scolaire, ce qui favoriserait la participation et donc le respect entre les parties. Au-delà des opinions de Valditara, l’augmentation des sanctions ne sera jamais dissuasive, les situations difficiles peuvent être résolues grâce à de nouvelles formes d’éducation inclusive et de protection psychologique.».

Giacomo Pangrazzi, délégué de STUDICENTRO au forum des associations étudiantes, a un avis complètement différent : « Nous exprimons notre appréciation pour la rencontre tenue avec le Ministre Valditara et pour sa volonté de dialogue avec la population étudiante et les associations étudiantes, réitérée lors du Forum. Nous acceptons positivement la réforme de la conduite scolaire également comme une réponse aux épisodes dramatiques de l’actualité, mais nous espérons une réflexion plus large pour construire une véritable alliance éducative également en promouvant une réforme du système de recrutement du personnel enseignant pour restaurer autorité et prestige à toute la catégorie ».

Contrairement à leurs confrères d’autres associations, du STUDICENTRO ils font savoir qu’ils sont satisfaits « la volonté renouvelée du gouvernement et de ministre de vouloir poursuivre la discussion de manière structurelle associations étudiantes ». La réforme technique et professionnelle a également été bien accueillie :  » CENTRE D’ÉTUDE exprime sa satisfaction quant à une action visant à réduire l’écart entre les demandes des entreprises et les offres de formation, contribuant également à la compétitivité du système de production, un thème sur lequel nous insistons depuis des années. Le pourcentage de réponses positives enregistrées dans cette expérience ministérielle est pour nous un facteur emblématique de l’appréciation du monde scolaire‘.

A lire également