Investir dans l’éducation émotionnelle des jeunes, pour garantir que nous n’ayons plus à pleurer d’autres victimes de violence de genre. C’est l’esprit de l’initiative, destinée aux écoles, que le ministre de l’Éducation et du Mérite, Giuseppe Valditara, s’apprête à annoncer.

La mort de Giulia Cecchettin cela a secoué le pays tout entier, confirmant une fois de plus combien il reste du travail à faire sur le front de la violence sexiste. La première étape est donc de partir au plus vite : face à un énième féminicide, Le projet MIM vise donc à introduire une heure « d’éducation sentimentale » dans les lycées.

Le projet sera présenté le mercredi 22 novembre

L’initiative est encore en phase expérimentale mais le MIM semble vouloir aller jusqu’au bout. Comme signalé ‘La république’, le projet conçu par le ministère de l’Éducation et du Mérite prévoit, comme mentionné, au moins une heure par semaine consacrée à « l’éducation relationnelle » dans les lycées. Concrètement, il s’agit d’un cycle de rencontres d’une durée de trois mois, pour un total de 12 séances de cours. Les étudiants participeront à des discussions et débats de groupe, avec un enseignant qui fera office de modérateur.. Pour enrichir le programme, il y aura également un soutien ponctuel de psychologues, d’avocats, de travailleurs sociaux et d’organisations contre les violences de genre.

Pour ensuite rendre l’initiative plus attractive auprès des jeunes, mais surtout se rapprocher d’eux, les rencontres avec influenceurs, chanteurs et acteurs ne manqueront pas. C’est pourquoi le ministre Valditara présentera prochainement le nouveau plan dans les écoles, également soutenu par les ministres Sangiuliano et Roccella. Certainement un bon premier pas vers une éducation émotionnelle plus respectueuse et vers une société plus civile.

A lire également