La proposition est venue directement de Giuseppe Valditara, ministre de l’Éducation et du Mérite : consacrer une minute de silence dans les écoles pour se souvenir Giulia Cecchettin, la jeune fille récemment tuée par son petit ami. Mais les choses prirent vite une autre tournure.

source photo : Instagram Giulia Cecchettin

Dans de nombreux cas, les étudiants et les étudiantes n’ont pas accepté la proposition à la lettre. Mais dans plusieurs classes italiennes, c’est le contraire qui s’est produit : bruit, beaucoup de bruit partout, avec des trousseaux de clés secoués et des poings sur les bureaux. C’est la formule adoptée par les jeunes pour exprimer leur deuil après le décès de Giulia.

Les garçons acceptent l’invitation d’Elena Cecchettin : « Pour Giulia, ne garde pas une minute de silence, pour Giulia, brûle tout

Pas le silence mais le bruit. Un bruit assourdissant et éloquent, du sud au nord de l’Italie. C’est ce qui s’est passé hier dans de nombreuses classes d’écoles, de salles universitaires, mais aussi dans les cours et les couloirs, en souvenir de Giulia Cecchettin, jeune fille de 22 ans victime de fémicide. En témoignent les nombreuses vidéos devenues virales en moins de 24 heures. De nombreuses manifestations ont eu lieu. « Disons non au silence assourdissant. Brûlons tout. Faites du bruit avec ce que vous pouvez», fait partie des slogans qui ont trouvé le plus d’écho sur les réseaux sociaux. Et il semble que les étudiants aient accepté l’invitation : certains crient, certains secouent le trousseau de clés, certains font sonner les pupitres avec leurs poings et, encore, certains applaudissent. Une manière non seulement de nous distancier de la proposition de silence avancée par le ministre de l’Éducation et du Mérite, Giuseppe Valditara, mais aussi conformément à ce qui a été demandé par la sœur de Giulia, Elena Cecchettin: « Pour Giulia, ne garde pas une minute de silence, pour Giulia, brûle tout». La citation est tirée d’un poème écrit il y a quelques années par la militante péruvienne Cristina Torre Cáceres, et qui est désormais devenu viral à la lumière des événements récents.

25 novembre : Journée internationale contre les violences faites aux femmes

Le 25 novembre prochain sera alors le tour du Journée internationale contre la violence à l’égard des femmes, créé par les Nations Unies en décembre 1999 pour sensibiliser à ce sujet et apporter un soutien aux victimes. De nombreuses manifestations sont prévues ce week-end, mais dans ce cas il n’y aura pas de minute de silence.

A lire également