Hier, au Ministère de l’Éducation et du Mérite, le ministre Giuseppe Valditara et le commandant général de la Guardia di Finanza, Andrea De Gennaro, ont formalisé un accord important pour lutter contre le phénomène de la soi-disant « usines à diplômes».

Source photo : Ministère de l’Éducation et du Mérite

Une collaboration qui s’inscrit dans le cadre du plan extraordinaire visant à vérifier le maintien des exigences de reconnaissance de l’égalité scolaire dans les instituts autorisés à activer les cours du secondaire, initié par le MIM.

A travers ce Protocole d’Entente, le Ministère s’engage donc à intensifier les efforts pour prévenir et réprimer les pratiques irrégulières.

Voir également:

Valditara : « Éliminer les distorsions qui ont permis la naissance du phénomène des moulins à diplômes »

L’accord marque le consolidation d’un partenariat déjà existant entre le ministère de l’Éducation et du Mérite et la Guardia di Finanzaqui collaborent depuis longtemps côte à côte à un projet visant à promouvoir la légalité économique, à travers des initiatives éducatives au sein des écoles.

« Aujourd’hui, nous franchissons une étape supplémentaire dans la lutte contre les usines à diplômes, c’est-à-dire les écoles qui ne mènent pas de véritables activités éducatives, violent la loi et nuisent aux étudiants »a déclaré le ministre Giuseppe Valditara. «Ils portent également atteinte à la réputation des écoles privées qui sont dans leur grande majorité des établissements sérieux. Le plan extraordinaire que nous avons activé pour assurer le respect des exigences d’égalité éducative est rendu encore plus efficace par cette collaboration avec la Guardia di Finanza, que je remercie. En même temps »conclut Valditara, « le nôtre continue action législative pour éliminer les distorsions qui ont permis la naissance du phénomène de la « fabrique à diplômes » et affirmer la culture de la légalité dans l’éducation».

A lire également