L’affaire de Garçon de 8 ans, laissé seul dans sa nouvelle classe, suscite beaucoup de discussions. Un épisode grave, qui devient d’autant plus inquiétant que les parents, mécontents de la nouvelle arrivée dans leur section enfants, étaient à l’origine de la mutinerie collective.

L’affaire a finalement attiré l’attention des institutions : le Le ministre de l’Éducation et du Mérite a en effet lancé une enquête spécifique pour clarifier ce qui s’est passé dans l’école primaire de la province de Cosenza.

Garçon de 8 ans laissé seul en classe : personne ne se présente

Un premier jour d’école à oublier. L’enfant, après le changement de section, est arrivé dans sa nouvelle classe, mais il n’y avait absolument personne qui l’attendait. La salle de classe était vide. Est-ce que tous les élèves avaient de la fièvre ? Pas exactement. Il y aurait la base de l’absence collective une manifestation organisée par les parents: ils ne verraient pas d’un bon oeil l’arrivée du nouvel étudiant super intelligent (avec un QI supérieur à la moyenne), bilingue et doté de capacités mathématiques exceptionnelles, à qui on a diagnostiquéhyperactivité. Ainsi, le petit, après avoir commencé la journée passée seul parmi les pupitres libres, a été emmené par un professeur dans une autre classe.

L’intervention de Valditara

L’histoire suscite des discussions. Et finalement, cela a également attiré l’attention du ministre de l’Éducation et du Mérite, Giuseppe Valditara, qui a commencé les contrôles. Il a ensuite pris contact avec la directrice du Bureau scolaire de Calabre, Antonella Iunti, à qui il a demandé des informations précises pour aller au fond des choses. Si nécessaire, des mesures seront prises.

Que s’est-il passé, comme indiqué ‘CielTg24’, a également été porté à l’attention du Médiateur pour l’enfance et l’adolescence, Antonio Marziale, à qui la mère de l’enfant s’est adressée. La dénonciation des faits a ensuite été également adressée au bureau scolaire provincial et au parquet du tribunal pour mineurs de Catanzaro. Le Garant a transmis une demande de « clarification » à l’école.

A lire également