Élèves indisciplinés et parents agressifs. Le résultat? Les enseignants, de plus en plus attaqués, éprouvent un niveau de stress croissant. C’est ce qu’un Rapport de l’OCDE et d’études menées par l’expert en burn-out, Vittorio Lodolo D’Oria.

Par ailleurs, l’OCDE souligne également qu’au cours des dix dernières années, il y a eu plus de 100 suicides parmi les enseignants italiens, un fait alarmant qui reflète la pression croissante exercée sur ceux qui ont choisi l’enseignement comme profession.

Le contexte socio-économique a un impact

L’analyse de l’OCDE, centrée sur les enseignants du premier cycle du secondaire, montre que le contexte socio-économique a une influence significative sur le stress. En Italie, 43% des enseignants du collège indiquent la difficulté à maintenir la discipline en classe comme source de stress, avec une augmentation des quartiers défavorisés. Ce chiffre est à comparer avec des pourcentages différents dans d’autres pays, comme le Royaume-Uni et la France, montrant à quel point le problème est répandu mais varie en intensité.

Agressivité parentale

Un autre élément de tension est représenté par l’agressivité des parents. En Italie, 39 % des enseignants déclarent avoir subi des pressions et des agressions de la part de leurs parents, un pourcentage qui augmente dans les écoles des quartiers les plus riches. Aussi, la difficulté de suivre l’évolution des technologies et l’évolution des besoins éducatifs est un obstacle pour 41% des enseignants italiensun problème aggravé par la loi Fornero qui a allongé l’âge de la retraite.

Trop chargé de responsabilités

Un tiers des enseignants italiens se sentent stressés par la responsabilité de gérer des cours de plus en plus imprévisibles. La charge de travail, tant en classe qu’administrativement et à la maison, est une autre source de stress importante.. Le défi de l’adaptation des cours aux élèves ayant des besoins spéciaux, tels que ceux souffrant d’un handicap ou de troubles d’apprentissage, ajoute une pression supplémentaire, puisque 40 % des enseignants italiens signalent des difficultés dans ce domaine.

Les conséquences psychologiques

L’étude de Lodolo D’Oria souligne que 60% des inaptitudes à l’enseignement sont dues à des pathologies psychiatriques, avec une prédominance de troubles anxieux-dépressifs. Un enseignant italien sur cinq se plaint de donner trop de cours en classe, plus d’un sur trois ne supporte pas la charge administrative excessive et un quart des enseignants interrogés travaillent également trop à la maison pour préparer les cours.

A lire également